Grèves liées à la réforme des retraites : Gestion de crise par l’interprofession

Depuis le 5 décembre 2019, après plusieurs semaines de blocage et de nombreuses opérations « ports morts », la filière céréalière a pâti des grèves liées à la réforme des retraites. Le blocage des transports a impacté tous les maillons de la filière (producteurs, collecteurs, exportateurs, transformateurs) et tous les métiers (notamment techniciens, logisticiens, commerciaux).

Les difficultés logistiques ont généré des surcoûts multiples pour tous les maillons de la filière : Chargement et déchargement des péniches et des bateaux ; Report modal du train vers le camion ; Travail en horaires atypiques ; Rachat de marchandises ; Recours à des circuits d’approvisionnement plus onéreux etc…

Le 20 janvier 2020, Intercéréales a alerté les pouvoirs publics et de nombreux parlementaires en raison de la situation critique dans laquelle se trouvaient les professionnels de la filière. Le cabinet du Ministre des transports a été très réactif et a informé le Président de l’interprofession, Jean-François Loiseau, de la mise en place rapide des mesures concrètes. Face au risque de déstabilisation du marché domestique et au risque de mise en difficulté de clients étrangers qui comptent sur la fiabilité de nos expéditions, le ministère a jugé indispensable que les céréales figurent en meilleure place dans le classement des produits prioritaires.

Durant la période, Passion Céréales a largement accompagné l’interprofession dans la gestion de relations presse sur le sujet. Les experts professionnels, notamment Jean-François Lépy en tant que référent, ont répondu aux nombreuses sollicitations des journalistes permettant d’apporter un éclairage sur la situation. 

 

Une solidarité de toute la filière

Les professionnels ont été très réactifs et solidaires dans la recherche de solutions, pour celles de l’alimentation humaine comme pour les entreprises du secteur de l’alimentation animale. Cette solidarité a grandement permis d’honorer les contrats de la filière à l’exportation malgré les grèves. La filière a honoré tous ces engagements, en faisant preuve à la fois d’agilité et d’un sens aigu des responsabilités.

 

Une réflexion à mener avec l’Etat pour notamment limiter/éviter les situations de blocage et améliorer l’attractivité de la France

Malgré la solidarité de la filière et les solutions trouvées, la fiabilité de la logistique a été mise à mal de par l’importance du mouvement de grèves, qui a touché l’ensemble du territoire français. Les conséquences en termes d’attractivité pour le territoire français sont importantes. L’interprofession a engagé, à la demande du ministère des transports, un travail d’identification des enjeux pour la filière, des difficultés rencontrées et des besoins afin d’élaborer des propositions d’actions de la part de l’Etat.

Contact : Solenn Le Boudec – sleboudec@intercereales.com