Bilan 2014-2015 - Actions de recherche et développement

De la micro-parcelle aux drones : la palette des essais s’agrandit

Les programmes de recherche et développement, définis par les adhérents d’Intercéréales et mis en œuvre par ARVALIS-Institut du végétal, constituent le cœur de l’action de l’interprofession. Objectif : orienter les travaux de recherche pour produire des céréales qui répondent aux besoins des utilisateurs. Le tout en développant des outils techniques pour accompagner les producteurs dans ce challenge.

Lors de la campagne 2014-2015, le programme recherche et développement conduit par ARVALIS-Institut du végétal s’est articulé autour de cinq axes : produire plus et mieux, développer une protection intégrée performante, gérer et valoriser les ressources, bâtir une économie performante et durable et poursuivre l’innovation technique. Autant de défis qui s’articulent dans une politique plus globale de la filière céréalière : innover, anticiper pour répondre aux enjeux techniques et environnementaux.
  

Déplafonner le rendement des cultures

Anticiper le changement climatique pour augmenter et régulariser le rendement des cultures : tel est l’objectif de la plate-forme d’essai Phenofield inaugurée en 2015 sur le site expérimental d’Ouzouer le Marché (41). Le dispositif, implanté sur 7,5 ha comporte des toits roulants permettant de maitriser les précipitations et le rayonnement solaire tout en testant différents apports d'azote. Il vise à identifier les gènes de tolérance au stress hydrique qui pourront ensuite être introduits dans les variétés de blé et de maïs de demain.
  

Améliorer la qualité des céréales

Des expérimentations visent également à répondre au mieux aux attentes de l’aval, telle la mise au point d’une méthode d’évaluation de la tolérance des variétés de blé tendre au passage au froid positif (pousse contrôlée). Autre exemple, en appui au plan protéines, ARVALIS-Institut du végétal a rédigé, au niveau régional et en collaboration avec certains OS et chambres d’agriculture ont rédigé, une série de fiches pratiques « vrai ou faux » sur la fertilisation azotée, à destination des producteurs.
  

Innover pour protéger les cultures

En 2014-2015, ARVALIS-Institut du végétal a poursuivi l’évaluation des nouvelles spécialités phytosanitaires mais pas seulement. Modèles prévisionnels, lutte agronomique, mécanique, biologique, biocontrôle… sont également testés, afin d’identifier les bonnes pratiques agricoles, dans la logique du plan Ecophyto. Les Culturales de juin 2015 ont dévoilé plusieurs innovations en matière de désherbage avec en tête, l’arrivée de capteurs, drones et robots. Les travaux d’Arvalis visent aussi à développer des techniques pour préserver les auxiliaires et les pollinisateurs, étudier le transfert des produits phytosanitaires dans le milieu, mettre au point des solutions de protection du milieu et de l’environnement.
  

Eléments minéraux, eau… comment mieux les valoriser ?

2015 sera définitivement l’année du pilotage de la fertilisation azotée avec le franchissement de la barre du million d’hectares suivis par des outils comme Farmstar ou Hydro N-Tester. La mise en ligne de l’OAD Fertiweb, utilisable sur toutes les cultures et pour tous les éléments fertilisants, constitue un événement majeur dans le domaine de la fertilisation. Les travaux poursuivis sur les semis sous couvert ont permis de préciser leur effet bénéfique sur la restructuration du sol et le potentiel de rendement mais les résultats sont conditionnés à la qualité de régulation du couvert. Les essais de semis en Strip Till (travail en bandes) confirment le potentiel de cette technique parmi les techniques sans labour.

Pour le pilotage de l’irrigation, l’outil « Irré-Lis », lancé en 2014, propose un bilan hydrique informatisé à la parcelle. L’application sur téléphones mobiles, facilitant son utilisation, a été lancée en 2015. D’autres essais sur la gestion de l’eau se poursuivent, à l’image des comparaisons entre techniques d’irrigation : aspersion ou goutte à goutte.
  

Allier durabilité et performance économique

Afin de concevoir des systèmes de culture innovants, plusieurs instituts (ARVALIS-Institut du végétal, Terres Inovia et l’ITB) ont, en 2014-2015, conçu et mis en place des plateformes communes, nommées Syppre (Systèmes de productions performants et respectueux de l’environnement). Autre collaboration, celle avec InVivo et Terres Inovia pour le lancement du service Cassiopee, qui propose des conseils stratégiques aux coopératives.

L’aspect économique n’est pas oublié : ARVALIS-Institut du végétal a réalisé une série d’études et d’analyses, publiées dans le magazine Perspectives Agricoles, pour, par exemple, mesurer l’impact des conséquences de la nouvelle Pac ou comparer la performance des exploitations agricoles françaises par rapport à leurs concurrents dans le monde.
  

Et pour demain ?

Comment les drones peuvent-ils être utilisés par la profession agricole ? C’est pour répondre à cette question qu’ARVALIS-Institut du végétal participe au projet Fertidrone pour piloter au mieux la fertilisation azotée sur blé. La veille sur les nouvelles technologies reste incontournable. Preuve en est le succès du stand « show des innovations » des Culturales 2015 : près de 15000 visiteurs sur deux jours ! ARVALIS-Institut du Végétal en est sûr : les nouvelles technologies comme le « big data », l’agrométéo, les outils connectés… feront partie de l’avenir de la filière.
  

Communiquer, un impératif

Le transfert des résultats acquis par ARVALIS-Institut du végétal auprès des producteurs et des entreprises de la filière fait partie intégrante de sa mission. En 2014-2015, plusieurs actions ont été mises en place :

  • Colloques techniques nationaux : qualité sanitaire des céréales, intérêt des drones en agriculture, journées blé dur, orge brassicole...
  • Colloques régionaux : gestion des adventices, pulvérisation ;
  • Evènement au champ « Les Culturales » organisé en juin 2015 à Villers St Christophe : 15000 visiteurs sur deux jours ;
  • Déploiement des services et outils d’aide à la décision, des outils de prévision des risques de maladies ;
  • Plan de communication protéines blé tendre via la diffusion de posters pédagogiques à destination des OS et la diffusion de 1000 guides « vrai-faux » de la fertilisation azotée ;
  • Edition d’un ouvrage sur l’agriculture de précision et les systèmes de géopositionnement ;
  • Communication digitale : plus de 1000 articles diffusés dans les lettres électroniques et les sites internet d’ARVALIS-Institut du végétal, consultés près de deux millions de fois en 2014/2015.