Restitution des résultats du projet « Céréfibres »

La restitution des résultats du projet « Céréfibres » a eu lieu le 14 mai dernier à l’auditorium porte Maillot devant une soixantaine de participants d’horizons différents : recherche publique et privée, laboratoires, entreprises de première et seconde transformation, organisations professionnelles.

Rappelons qu’Intercéréales a coordonné en 2017 et 2018 un projet de recherche sur les fibres alimentaires afin d’améliorer la qualité nutritionnelle des produits céréaliers (une des actions du plan de transformation de la filière).

 L’objectif de ce projet, qui a reçu le soutien financier du Ministère de l’Agriculture (DGAL), était de chercher à augmenter la consommation de fibres de tous les consommateurs. Le projet visait à étudier 4 produits céréaliers de consommation courante (la baguette, la biscotte, le goûter fourré pour enfants, le biscuit de petit déjeuner), en cherchant à quantifier le niveau maximum d’enrichissement possible en fibres, sans détérioration de l’acceptabilité des produits par le consommateur.

Cette restitution a été l’occasion d’aborder les dernières recommandations alimentaires du PNNS (Programme National Nutrition Santé) par Santé Publique de France, avant une présentation des principaux résultats de l’étude par les différents chercheurs du projet, et un retour d’expérience des entreprises partenaires de l’étude.

L’étude a montré que la réponse dépendait à la fois du type de produit et du type de fibres ajoutées. Il n’est donc pas possible de tirer de conclusions générales sur l’ensemble des produits céréaliers, et il est nécessaire d’étudier spécifiquement chaque combinaison produit/fibres.

Atteindre les objectifs de recommandations de consommation en fibres préconisées par les autorités de santé (apports nutritionnels conseillés de 25 g/jour pour les adultes) demeure un véritable défi à relever. Les produits céréaliers, d’une grande diversité et forts contributeurs de l’apport en fibres de la population française, sont des produits intéressants sur lesquels il est nécessaire de poursuivre des travaux sur l’enrichissement en fibres.