La consommation des Français : les chamboulements de la crise Covid 19

Avec la crise Covid-19 ponctuée de confinements, déconfinements et reconfinements successifs, les habitudes d’achats des Français sont bouleversées depuis février 2020 (1).

La fermeture des restaurants et des cantines, l’explosion du télétravail ou encore la limitation des déplacements ont conduit les Français à déporter leur consommation de « l’extérieur vers l’intérieur ». Ils ont donc beaucoup plus acheté de produits alimentaires qui sont liés au « fait maison » ou qui font « revivre le restaurant à la maison » : farine (+34 %), pâtes (+14%), sucre (+45 %), levure, pains à burger, bière/cidre (+14%), céréales petit déjeuner (+12%)… (2)

A l’inverse, certains produits ont été davantage boudés. On retrouve notamment les produits de snacking : sandwichs à emporter (-19,3 %), biscuits petit-déjeuner, ou encore barres de céréales.

Côté comportements alimentaires, la crise a révélé, confirmé, voire exacerbé, des tendances de consommation, et nombre d’experts sont convaincus que certaines d’entre-elles perdureront à l’avenir, mais avec des amplitudes atténuées. Parmi elles :

  1. Le « fait maison » pourrait s’installer. Il offre l’avantage de maîtriser la composition de ce que l’on mange. Et cette crise sanitaire a justement intensifié le lien entre l’alimentation et la santé (la préoccupation santé dicte les choix de 48% des Français vers le Bien-Manger). Le « fait maison » répond aussi à un critère économique car il est plus rentable d’acheter soi-même ses produits que d’acheter un plat tout prêt. Sans oublier qu’il génère de la satisfaction avec « le plaisir du faire » (63 % des foyers déclarent aimer faire la cuisine tous les jours).

  2. Le Boom du e-commerce n’a échappé à personne. Tendance émergente, en un an, elle aurait gagné près de 5 ans d’avance avec de nouveaux adeptes chez les seniors notamment. Près de 2,5 millions de nouveaux acheteurs ont essayé le e-commerce dont une partie restera fidèle.

  3. Le manger local (79% des consommateurs veulent privilégier les produits locaux), artisanal et le bio semblent avoir aussi un bel avenir bien que le prix reste un critère important pour une grande majorité des consommateurs (57% des Français accordent davantage d’importance au prix en 2020). Si cette crise a fait émerger une nouvelle vision de l’agriculture, les consommateurs affichent aussi de fortes attentes en matière d’environnement et d’anti-gaspi… la consommation devient de plus en plus responsable.

Et demain ?

Les incertitudes sur l’issue de la crise sanitaire rendent fragiles les projections sur l’avenir. Mais l’acte de consommation devrait être plus contrôlé. Le consommateur devrait aller vers des produits plus vertueux (santé pour soi, santé de la planète ou santé animale) et être plus proche de son territoire. Le digital facilitera le parcours d’achat des consommateurs.  Mais la question du pouvoir d’achat et de l’impact d’une éventuelle crise économique pourrait déjouer tous les pronostics, ou pas !

 

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter Valérie MOUSQUES-CAMI : vmousques-cami@intercereales.com

(1)   Sources : Kantar, Nielsen, Observatoire E. Leclerc, Credoc.

(2)   Données 2020