La production

Premier maillon de la filière céréalière, la production désigne l’ensemble des agriculteurs qui produisent des céréales. Le choix des variétés qu’ils cultivent est fonction des caractéristiques pédoclimatiques de leur territoire et des besoins du marché.

En France, plus d’une exploitation agricole sur deux (54%) produit des céréales. La majeure partie de la production se concentre sur 4 espèces : le blé tendre, le maïs grain, l’orge et le blé dur, mais environ une quinzaine sont cultivées en France. L’activité de ces quelques 245 000 fermes est rythmée par les saisons et s’articule autour de quatre grands moments.

  • La préparation des sols : elle consiste à créer une structure favorable à la levée et à l’enracinement de la future culture, à aérer le sol et l’enrichir en nutriments.
  • Les semis : à l’automne ou au printemps selon les cultures, l’agriculteur sème les semences qui donneront quelques mois plus tard les céréales.
  • La conduite de la culture : tout au long du cycle végétatif, l’agriculteur s’assure que les besoins de la plante sont comblés. Cela va de la fertilisation à la protection contre les maladies et ravageurs, en passant par le désherbage et, si nécéssaire, l’irrigation. 
  • La récolte : aussi appelée moisson, est l’aboutissement d’une année de travail. Une fois récoltés, les grains sont livrés par l’agriculteur aux organismes collecteurs (coopératives ou négoces).

Des liens étroits avec la recherche

Pour s’adapter aux évolutions réglementaires, environnementales et sociétales, la production s’appuie largement sur les avancées de la recherche. L’organisme de référence pour la filière céréalière est ARVALIS- Institut du végétal, qui dispose de centres d’expérimentation implantés sur l’ensemble du territoire français.

Leurs travaux, tant sur les pratiques agronomiques, le machinisme, les nouvelles technologies que la sélection variétale, orientent les agriculteurs dans leurs techniques culturales. Les remontées du terrain que ces derniers fournissent aident les instituts à orienter leurs essais. Ensemble, ils dessinent une agriculture nourricière, rémunératrice et respectueuse de l’environnement basée sur l’innovation.

Les acteurs de la production

Tous les 10 ans, une vaste opération de collecte de données à des fins statistiques est menée afin de suivre l’évolution du paysage agricole français. Le dernier recensement agricole, mené en 2020, révèle la disparition de 100 000 fermes au cours des 10 dernières années. Si le secteur de l’élevage est le premier concerné par l’érosion, le recensement fait état d’un recul de 9% du nombre d’exploitations spécialisées en productions végétales.

La population agricole est par ailleurs vieillissante ; 58% des agriculteurs ont 50 ans ou plus. Le renouvellement des générations et les nouvelles installations constituent donc un enjeu de taille pour le secteur la production, socle duquel dépendent les maillons de la collecte, la transformation, l'exportation.  

Autre signal fort à retenir du dernier recensement agricole : la féminisation de la production s’accélère. Près d’un tiers (32%) des nouveaux installés après 2010 sont des femmes, alors qu’elles étaient seulement 18% entre 2000 et 2010 à prendre la tête d’une exploitation agricole.